Annonce

Réduire

Charte du Forum

Sur ces forums, il est possible d'aborder n'importe quels sujets, de façon sérieuse ou tout simplement pour délirer !

Afin de préserver son harmonie et éviter les débordements, nous avons établi un ensemble de règles très simple que nous vous demandons de respecter.

1) Les thèmes suivants ne doivent jamais être abordés: La politique, La religion, La haine raciale, La pédophilie. Faites appel à votre bon sens pour éviter tout autre sujet susceptible de provoquer une polémique trop violente.

2) Ce forum est destiné a l'Abandonware (jeux a l'abandon). Les discussions relatives au Warez (requêtes, liens ...) seront systématiquement fermées ou effacées.

3) Lorsque vous lancez un sujet, veillez a ce qu'il soit dans le forum approprié (ne faites pas par exemple une requête dans le forum Discussion générale / Le bar des amis).

4) Avant de poser une question d'ordre technique, assurez vous d'avoir consulté la FAQ Abandonware-France et la FAQ Abandonware-Forums (questions fréquemment posées) ainsi que les topics Important : du forum Aide de jeux / Problèmes techniques !

5) Ne publiez pas d'images dans vos messages qui pourraient choquer les autres visiteurs.

6) Nous détestons le SPAM et le Flood ! Évitez donc de poster des messages inutiles et de façon répétée.

7) Le forum n'est pas un concours de posts. Il est inutile de poster des messages dans le simple but de monter en grade (Le nombre de posts sera décrémenté en cas d'abus).

8) Les sujets privés destinés a une minorité sont interdits. Le forum est une communauté et vos messages sont destinés a l'ensemble des visiteurs. Nous mettons a votre disposition gratuitement des outils tels que Chat (Fermé pour une période indéterminée) ou Messagerie privée.

9) Il est souhaitable de ne pas faire dévier un sujet. Cela n'est pas très sympa pour celui qui a lancé le sujet !

10) Peace and Love ! Les forums sont un endroit de détente, amusez vous, ne vous prenez pas la tête inutilement en public.

11) Les admins et modérateurs sont la pour vous protéger, et non pour vous faire la guerre ! Ils se réservent le droit de déplacer, modifier, fermer ou effacer un sujet en cas de besoin.

12) Concernant la zone arcade sur le forum, toute personne trichant se verra temporairement bannie du forum et TOUT ses scores seront purement et simplement effacés. (Fermée pour une période indéterminée)

13) Ne proposez pas de lien vers du contenu illégal et n'encouragez pas au piratage d'oeuvres protégés par les droits d'auteurs et de Non-Abandonware.

14) Ce forum n'est pas un téléphone portable ! Corollaire à la proposition précédente: la plupart des gens susceptible de vous répondre n'a pas appris à lire le langage "texto/SMS". Vos messages ne sont pas limités à 160 caractères, alors s'il vous plait, écrivez correctement ! Clairement, on ne va pas vous tomber dessus pour un "s" oublié ou pour un accord incorrect, mais pas de "g chrché c je pandan dé mwa"! Copiez-collez votre message dans Word pour profiter du correcteur orthographique, au besoin.

Ces règles sont très importantes, merci de les respecter ! En cas de non respect, vous pourrez recevoir un avertissement, ou en fonction de la faute, être banni temporairement, voir définitivement du forum.
Voir plus
Voir moins

Game Over

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Effectivement, il y a des tricheurs (comme dans tous les jeux en réseau) mais l'éditeur est en train de mettre en place un anticheat efficace et a commencé à bannir des comptes de tricheurs.
    ça n'empêche pas l'expérience unique qu'apporte ce jeu. :-)
    Il y a aussi eu deux mises à jour en une semaine, la version beta arrive à grand pas :-D

    Si on est suffisamment on peut créer un clan "abandonware" et choisir un serveur où se retrouver, c'est le meilleur moyen pour progresser et arriver à survivre dans ce monde de brute.
    Dernière modification par Jean-Luc, 14 December 2012, 11h03.
    >>>>>>>>> ʕ•ᴥ•ʔ

    Commentaire


    • Après avoir tournicoté longuement autour des zombies et de quelques petits jeux steam, je me suis dit qu'il était temps de s'enterrer un peu, loin des vicissitudes du monde moderne.

      Je me suis donc rendu à The Cave, histoire de retrouver mon moi intérieur dans le froid s'égouttant régulièrement des stalactites environnantes.

      Bon, d'accord, il est clair que voir au générique Ron Gilbert et Tim Schafer, c'est déjà encourageant.

      Et effectivement, on retrouve dans The Cave ce qui faisait un peu le sel des Monkey Island ou Day of Tentacle : un humour parfois noir, parfois grinçant, voire cynique.

      La Caverne (puisque c'est la traduction exacte de "The Cave" et non "La Cave" bande de béotiens) est donc une entité vivante, nous donnant l'occasion de suivre l'histoire de sept personnages à choisir par groupe de 3 au début de l'aventure. En fait, La Caverne serait "tenue" comme une espèce d'attraction-musée. Un peu comme l'Ile fantastique (les nains blancs hurlant "L'avion! L'avion!" en moins).
      Les sept personnages représentés le sont dans le principe du cliché commun : Le Chevalier en casque et armure, l'Aventurière façon Indiana Jones, Le Moine Boudhiste, Les Jumeaux étranges, la Voyageuse dans le temps, le Paysan crasseux type américain (genre Deliverance) et la Scientifique.
      Une fois l'équipe de 3 personnages composée, et après un petit tutorial intégré dans le jeu (où il sera question de ramener au "portier" de la caverne, des bibelots pour agrémenter la boutique), on rentre dans le vif du sujet (et dans la Caverne proprement dite).

      Grosso modo, le canevas est le même : après une longue chute, on se retrouve dans une partie de la Caverne où toute une série d'énigmes doivent être résolues permettant de dévoiler l'histoire qui est arrivée à l'un des personnages choisis.
      Chaque personnage peut courir, marcher, sauter, grimper,monter/descendre une échelle ou une corde, tirer ou pousser un objet type "caisse" ou prendre un objet à utiliser sur un élément du décor en main.
      Chaque personnage a en outre, un pouvoir spécial. L'aventurière peut utiliser son fouet pour passer outre des précipices trop larges, le pécore peut garder sa respiration sous l'eau indéfiniment, le Moine a un pouvoir télékinétique, les jumeaux peuvent se projeter de façon astrale, la voyageuse spatio-temporelle se téléporter à quelques mètres de distance, le chevalier peut se rendre invincible et la scientifique a la capacité d'utiliser/contourner les ordinateurs et autres systèmes complexes.
      Il sera d'ailleurs nécessaire d'utiliser cette compétence spécifique pour pouvoir résoudre les énigmes des aventures de chaque personnage.

      On voit bien dans les histoires contées, les influences basées sur les secrets peu avouables que l'on enfouit en son for intérieur, l'allégorie de la caverne de Platon et ses différentes interprétations (dans le sens où la Caverne tend à montrer les "erreurs" des personnages),etc...
      Les histoires ont donc toutes ce côté macabre, un peu comme dans les "Alfred Hitchcock présente..." où une situation initiale aboutit à une catastrophe.

      Au cours des pérégrinations, on pourra aussi trouver des symboles gravés sur les murs de la caverne. Ces symboles donnent accès à un dessin racontant une partie de l'histoire d'un personnage. En trouvant tous les symboles (et en terminant le jeu), on dévoile l'ensemble des dessins racontant l'histoire des personnages.

      Concernant le jeu, les animations sont sympas, les dialogues truculents et la voix de la Caverne est excellente. On retrouvera aussi quelques clins d'oeil (l'Ermite coincé sur une île avec un perroquet qui fait furieusement penser à Herman Toothrot,...)
      Le jeu a cependant un gros défaut : sa longévité.

      L'histoire de chaque personnage se résout en 1 à 2 heures. Si on rajoute trois autres petites séquences communes à chaque partie (une avec un chercheur d'or, une autre avec une chasseuse d'animaux exotiques et une trosième avec l'ermite), on a un jeu qui fait entre 10-15 heures maxi.
      On me dira qu'avec un point'n click, c'est pareil et ça ne dure pas forcément plus longtemps. Sauf que dans le cas de The Cave, comme les histoires sont courtes, on ne s'attache pas vraiment aux personnages et donc, on n'est pas "motivé" à recommencer.

      D'autant plus que le jeu se jouant par équipe de 3, il faudra forcément, pour découvrir la dernière histoire, resélectionner deux personnages dont on a connaît déjà l'histoire plus se retaper une troisème fois les 3 séquences communes.

      Maintenant, je pense qu'en fonction du succès du jeu, il est fort possible que l'on voie débarquer des DLC avec des personnages supplémentaires à jouer (mais bon, faudra toujours se refarcir les 3 séquences communes à moins que Double Fine ne corrige le tir avec un patch).

      Bref, The Cave n'est pas un mauvais jeu mais pas exceptionnel non plus.
      We're on mission for God

      - Parfois, c'est toi qui cognes le bar et parfois, hé bien, c'est le bar qui te cogne

      -ça, je le sentais, je suis entouré d'trous du cul. Feu à volonté bande de trous du cul!

      Commentaire


      • Dead Space 3 : (PC)
        (Mode coop, première passe, dans le rôle d'Isaac Clark)

        Aillant beaucoup apprécié Dead Space 1 & 2, j'étais assez septique quand à la tournure que prenait la série en se focalisant avant tout sur l'action et délaissant petit à petit l'horreur.
        Pourtant, j'avoue que ma curiosité était plus que titillé quand à l'apparition d'un mode coop pour ce 3ème opus. Suite à un concours "à la con" sur Facebook proposant de gagner 2 copie du jeu sur PC, j'ai eu la chance de constater que mon pote était bien plus chateux que moi en étant tirer au sort et de me retrouver donc en possession de l'une de ces 2 clés (lui aillant gardé la première, cela va de soit ^^).
        Nous avons donc joué et fini Dead Space 3 en coop (et je pense pas toucher au solo).

        Le speech du jeu tiens sur un ticket de métro : Isaac Clark blablabla Monolithe, blablabla Unitologues blablabla nécromorphe blablabla tirer, tuer, avancer et patati et patata ...
        La vidéo d'intro du jeu résume parfaitement tout ça, donc au lieu e me casser les couìlles à vous faire un résumé, je vous la balance directement ici :
        ERROR: If you can see this, then YouTube is down or you don't have Flash installed.

        Ah oui, j'oubliais, le jeu nous fait découvrir aussi un nouveau protagoniste : John Carver. C'est un soldat au passé assez flou qui vient prêter main forte à Isaac (enfin, au début du jeu il vient surtout lui forcer la main ).
        En mode coop, le joueur qui héberge la parti joue Isaac Clark (ce qui était mon cas) et celui qui le rejoint prend le rôle de John Carver (ce qui était le cas de mon pote).

        Le jeu a clairement été écrit pour être joué en solo, ça se voit dans les cinématique et les dialogues où 80% du temps Carver est complétement zappé. Pourtant, certains passages du jeux ont été réécrit/repensé pour le coop où pendant que l'un s'occupe de résoudre une "énigme", l'autre se retrouve obligé de le couvrir et de défourailler tout se qui se présente.
        Autre point intéressant (mais plutôt rare), certains message audios, conversations ou visions sont propres à un seul jouer (souvent réservé à Carver), ce qui ajoute un peu de piquant à certaines situations vu que la vision de l'un est altéré et n'est pas toujours au fait de ce qu'il se passe réellement. Pourtant, j'ai trouvé ces passages sous exploité, il aurait été possible d'aller plus loin dans cette mécanique comme par exemple le fait que l'un voit des monstres qui n'existent pas et qu'à l'inverse ne voit pas ceux qui existent. Malgré mes reproches, ces passages ne sont pas à jeter car ils m'ont donné envie de jouer Carver pour voir l'autre point de vu.
        Par contre, je regrette vraiment que les 2 protagonistes ne se retrouvent jamais séparer et n'ai donc pas 2 objectifs différents à remplir en même temps.
        Dernier point propre au coop : 90% des objets/loots sont instanciés. Si vous avez joué à Diablo 3 en coop, c'est exactement le même principe, ça simplifie le jeu et évite surtout des engueulades sur la récupération des loots.

        Pour ce qui est du gameplay dans son ensemble, Dead Space 3 délaisse clairement l'horreur pour se concentrer sur l'action. Un peu plus haut, j'employais le terme "défourailler" car il s'agit bien de cela. Contrairement à Dead Space premier du nom, ici les monstres n'ont pas pour but de vous surprendre, mais vraiment de vous submerger. Le jeu reste donc stressant, mais il s'agit d'un autre stresse, plus contrôlable, moins oppressant.
        Surtout que pour palier au grand nombre de monstre, vous allez découvrir la surabondance de munitions et de soins. Et pour simplifier la gestion de l'inventaire (toujours limité), on vous a fait grâce de de la gestion des différents types de munitions. Ici, il n'y a qu'un seul type de munition utilisable quelque soit l'arme que vous avez entre les mains.
        Pour ce qui est de l'arme(s) justement, gros changement ici aussi. Maintenant vous fabriquer votre propre flingue avec des pièces trouvées à droite à gauche ou que vous aurez vous même construite à l'aide de ressources. Ressources que vous utiliserez pour construire/améliorer/acheter tout ce que vous voulez dans le jeu (fini les points de forces). Vous trouverez ces ressources un peu n'importe où et comme dans tout les jeux, vous en manquerez cruellement au début de l'aventure et croulerez plus ou moins dessous à la fin si comme moi vous de ressentez pas le besoin de tout crafter. A noter que le joueur jouant Carver semble looter bien plus de ressource qu'Isaac comme si le jeu vous remerciait de venir vous casser le cul à aider un autre joueur.
        Et pour finir là dessus, parlons un peu des armures. Alors que dans Dead Space 1 il était presque indispensable de changer d'armure pour continuer l'aventure, que dans Dead Space 2 ce besoin se faisait beaucoup moins ressentir (je crois avoir changé d'armure que 2 fois), dans ce troisième épisode, je n'ai pas eu l'impression que celle-ci avaient un autre intérêt que de vous offrir un nouveau skin. Mais j'avoue que certaines ont vraiment de la gueule.

        Pendant que j'y pense, Dead Space 3 se veut aussi un monde un poile plus ouvert que ses prédécesseurs. En effet, vous aurez l'occasion de remplir quelques missions secondaires/facultatives ce qui donne parfois des situations improbables et rigolotes tel que :
        "Vites ! il faut aller faire tel truc pour sauver nos compagnons !!
        - Attends attends, je reconnais le symbole sur cette porte. C'est la mission facultative qu'on a découvert tout à l'heure. On y va ?
        - Ça nous prendra combien de temps ?
        - Je sais pas, entre 20 et 30min pour arriver à la caisse.
        - Ouais t'as raison, on va la remplir, on pourra y récupérer des loots."



        Lâchons un peu les mécaniques de gameplay et intéressons-nous à la réalisation dans son ensemble.
        Si un tour dans les options vous montrera clairement que Dead Space 3 est un pur portage des versions consoles, je reconnais avec surprise que le jeu est très bien optimisé sur PC. Malgré ma configuration qui commence à dater (i7 860 / gForce GTX260), avec presque tout à fond, le jeu tourne très bien et sans ralentissement. Le moteur graphique malgré son age avancé est parfaitement maitrisé et offrent de très jolis effets de lumières sans aliasing. Le game design est lui aussi maitrisé et plutôt cohérent et je ne vais même pas prendre la peine de vous parler de l'ambiance sonore vu qu'il n'y a presque rien à redire.
        On notera tout de même que les doublages français sont plus ou moins bien réussi suivant les scènes. Dans l'ensemble c'est pas dérangeant, mais certain dialogues ont été pas mal commenté/parodié/imité avec mon pote

        Comme je suis mauvais et que j'ai pas pensé à prendre de screen pendant ma balade, je vous met ici quelques screenshots volés à Maillekeul sur le forum de Dead Space France :








        Une foi le jeu fini, nous avons le droit aux classiques déblocages de nouvelles difficultés, dont une qui peu m'intéresser : le mode classique qui de ce que j'ai compris va vous forcer à devoir de nouveau gérer les différents types de munitions en mettant fin aux chargeurs universelles. Un retour aux sources de la série en somme.

        Pour ce qui est de mon avis personnel, le jeu m'a beaucoup plus en coop mais je pense honnêtement que ça aurait été beaucoup moins le cas en solo.
        Objectivement, je dirais que Dead Space 3 n'est pas un mauvais jeu, juste un mauvais Dead Space. Ceux qui ont aimé les premiers Dead Space (surtout le 1), apprécieront le premier 1/3 de l'aventure s'ils y jouent en solo, puis commenceront à râler sérieusement sur le reste du jeu. Ceux qui à l'inverse n'avais pas vraiment apprécié les 2 premier opus, devraient beaucoup plus apprécier celui-ci.

        Commentaire


        • "Oh, Alaedrain, comme cela faisait longtemps que tu n'avais point posté de test !"
          "Et bien oui, porté par les sirènes des nombreuses sorties, j'en avais oublié de commenter mes jeux après les avoir finis. Mais voici que ma vieille habitude me reprend avec la sortie en fanfare de..."


          Tomb Raider (PC)

          Icône majeure du jeu vidéo, symbole du passage à la 3D, Lara Croft était progressivement devenue au fil des épisodes de Core Design une sorte de caricature d'elle-même. Initialement conçue comme une version féminine d'Indiana Jones, elle est malheureusement devenue, victime de son succès, un personnage bimbo, tout juste reconnue pour ses deux pistolets et son opulente poitrine.

          Voyant le désastre avec la sortie d'Angel of Darkness, l'éditeur Eidos va alors confier la licence au studio Crystal Dynamics, qui va alors produire 3 épisodes de qualité, dont un remake du 1er opus à l'occasion des dix ans de la série.
          Crystal Dynamics va même développer un opus uniquement téléchargeable, en 3D isométrique et jouable en coopération, intitulé Lara Croft & the Guardian of Light. On notera au passage qu'il s'agit du premier épisode à ne pas comporter le nom "Tomb Raider"dans son titre mais bien le nom de l'héroïne !

          Et pourtant, Crystal Dynamics va surprendre tout le monde en annonçant peu de temps après souhaiter procéder à un reboot de la licence. Phénomène à la mode, les fans ont depuis vécu dans la crainte de voir la licence dénaturée.
          En effet, avec les joies des campagnes marketing, on a pu découvrir un environnement plus « réaliste » (comprendre, dans le merveilleux double langage du jeu vidéo, plus sanglant et violent). L'enjeu de ce reboot est le suivant : retracer l'histoire de Lara Croft à ses humbles débuts, lorsqu'elle n'était pas plus qu'une jeune femme passionnée par l'archéologie, et montrer les événements qui feront d'elle une aventurière endurcie, une « survivante » (dixit le jeu).

          Pari réussi ou simple changement de style pour plaire au stéréotype éternel de l'ado fan de jeu vidéo ?


          Et bien... Pari en partie réussi. En ce qui concerne le personnage de Lara, tout du moins, l'évolution est assez saisissante, avec une forme évolutive de désensibilisation à la violence. Première étape : Lara, affamée, réussit difficilement à tuer une biche pour se nourrir. Deuxième étape : les cinglés qui habitent sur l'île et décident de tuer tout le monde passent très vite du statut « Humains » à « Ennemis débiles ». Certes, de temps en temps on constate un petit problème de cohérence entre les scènes où l'on ne contrôle pas Lara, qui hésite encore un peu, et la tuerie assez constante qui la précède, mais on est loin du même problème dans, par exemple, Max Payne 3 (où je le rappelle, Max qui trucide à tout va décide subitement de se la jouer discret...)

          Le scénario est relativement simple : une expédition est montée à la recherche du royaume de Yamatai, Lara est bien entendu volontaire. Problème : l'île qui est probablement le refuge du royaume en question est maudite, ce que nos héros ne découvrent que trop tard, car tout bateau ou avion passant dans les environs finit par s'échouer. Dans la veine des Tomb Raider, on assiste donc à un mélange entre mythes et magie, qui évite malgré tout d'en faire trop.

          Les nombreux échoués par le passé ont fini par se réunir sous le culte des Solarii, groupement sans pitié qui ne garde que les hommes qui ne discutent pas les ordres et qui sont suffisamment forts ; les femmes, elles, finissent brûlées dans les tentatives du culte de découvrir une descendante de la Reine Himiko. On imagine facilement que des hommes échoués depuis des années puissent sombrer dans la folie ; ceci étant, on frôle ici le ridicule et on sent surtout le prétexte pour donner des ennemis « crédibles » par dizaines au joueur (ou à la joueuse, bonjour!).
          La stupidité ne semble pas atteindre que les ennemis de Lara par ailleurs : ses amis rescapés s'avèrent soit transparents, soit extrêmement stéréotypés. Tout laisse à penser qu'à avoir travaillé énormément sur les façons de montrer l'évolution de Lara, l'équipe a diminué le rendement sur le monde qui l'entoure.

          Un monde qui graphiquement est plutôt réussi, dans un style qui combine éléments naturels et désolation constante. Des forêts aux montagnes, vous aurez aussi l'occasion de voir des charniers, un bain de sang tellement profond que Lara en émerge à la façon de Willard dans Apocalypse Now, des vieux bunkers japonais. Une violence très graphique, qui là encore viendrait presque toucher à la caricature si les passages naturels ou typiques de l'île et de son histoire ne venait apporter un contraste bien mérité.
          Tant que nous parlons des effets graphiques, je me permets une petite parenthèse pour la version PC et son effet TressFX qui a tant fait parlé, utilisé pour animer les cheveux de Lara : c'est beau, c'est une bonne première étape pour avoir des cheveux réalistes, mais c'est quand même beaucoup trop gourmand pour ce que ça apporte. Et parfois, le rendu ne marche pas du tout. Fin de la parenthèse, retournons à nos moutons avec... le gameplay !


          Des trois grands piliers de Tomb Raider (Exploration, Énigme, Combat), il est clair que c'est le dernier qui a pris le dessus dans cet opus. L'exploration se fait au travers de quelques zones plus ouvertes, mais qui semblent hors sujet dans un jeu qui se veut linéaire et cinématique. Les énigmes se comptent sur deux mains, puisqu'il n'y a guère que dans les 7 « Tombes bonus » que l'on trouvera un léger challenge. Donc, le combat : parfois satisfaisant, parfois très brouillon. Lara disposera au fur et à mesure de 4 armes : arc, pistolet, fusil à pompe, mitraillette. Celles-ci peuvent être améliorées et disposer de modes de tir alternatifs, qui viendront varier les plaisirs. Seulement, on se trouve face à un titre qui veut que vous restiez à couvert, Lara étant plutôt fragile, ce qui aura comme d'habitude une tendance à transformer les combats en guerre des tranchées. Le système de couverture est automatique, ce qui évite de donner un aspect « Collage » aux décors, mais qui ne fonctionne pas toujours comme il faudrait, notamment dans les approches discrètes. Car oui, c'est là que le jeu devient drôle : Lara est rusée et peut éliminer un à un ses ennemis sans qu'aucun le remarque. Du moins, au début, avant que le jeu ne décide que les explosions, c'est beaucoup mieux.

          J'ai gardé le meilleur pour la fin : les QTE. Car oui, certains designers doivent apparemment toujours penser qu'il s'agit d'une bonne idée. Alors malgré ma haine pour cette technique, je dois bien avouer qu'à défaut d'autre chose, c'était une bonne façon de transmettre au joueur la panique de Lara, en lui retirant ses contrôles classiques et en lui donnant un court laps de temps pour réagir. D'ailleurs, c'est cette même idée qui explique pourquoi on en trouve énormément au début, lorsque Lara est la plus fragile (et elle déguste, la pauvre!). Cela n'empêche guère que ceux-ci ne sont pas très bien réalisés, d'autant plus sur PC qu'il faudra un temps d'adaptation, le jeu n'affichant pas la touche à utiliser mais bien l'action à réaliser (en gros, frapper ou faire un gros effort en martelant la touche utiliser).

          Alors, que retenir de cet opus ? Et bien malgré l'extrême négativité de ce test, il faut bien avouer que l'expérience n'est pas désagréable, c'est-à-dire qu'on est face à un produit qui se joue tout droit, s'apprécie pendant ce petit moment (une dizaine d'heures, ce qui est raisonnable vu la linéarité), et qui va s'oublier aussi vite. On retiendra une Lara qui retrouve de la personnalité, une réalisation maîtrisée mais qui se cantonne à vouloir finalement faire comme tous les autres jeux vidéos.

          Oh, et il y a un mode multijoueurs. A l'image du jeu : sympathique, parfois rafraîchissant, mais souvent bourré de défauts.

          Commentaire


          • Quel bonheur de lire cette critique sur Tomb Raider ! C'est exactement ce que j'en pensais. Si quelques passages sentent bon le jeu à l'ancienne, d'autres éléments m'ont irisé les poiles. Les QTE sont tout bonnement rageants et à l'image du soft. Du Tomb Raider pour très très grand publique avec ses faux airs "dark" et "underground" saupoudré d'un jeu absolument pas pensé pour le Pc que ce soit l'ergonomie ou l'optimisation. Pour ma part j'attends quelques patch et autres drivers pour carte nvidia afin de m'y remettre et tenter de le terminer. Et dernier reproche, où est donc passé le côté exigeant des Tomb Raider ?? Où il fallait retenter à de nombreuses reprises pour réussir à passer une corniche ou autre passage escarpé ? Dommage...

            Commentaire


            • C'est fatigant ce truc de vouloir des QTE partout. J'ai laissé tomber un sacré paquet de jeux à cause de ce système à la noix. Pour moi, encore un jeu à acheter sur Steam pendant les promos quand ce dernier est arrivé à 15€...
              POUR LES CHANGEMENTS DE CD DANS UN JEU EN INSTALLATION FACILE (et pour Dosbox en général), IL FAUT FAIRE LA COMBINAISON DE TOUCHES CTRL F4.

              NOTEZ QU'A CHAQUE DÉMARRAGE D'UN JEU INSTALLATION FACILE, UNE AIDE S'AFFICHE. MERCI DE LIRE AVANT D'APPUYER DIRECTEMENT SUR UNE TOUCHE POUR JOUER. CA PREND 5 SECONDES A LIRE ET CA ÉVITE DE CHERCHER UNE DEMIE JOURNÉE POUR TROUVER LA RÉPONSE.

              Merci.

              Commentaire


              • Pour moi ce Tomb Raider est très bien parti pour être le jeu de l'année, tout simplement. Je suis fan des anciens et mes préférés restes Anniversary et Underwolrd mais quel reboot ! Le mélange est parfait et il fallait bien que la série évolue pour ne pas sombrer dans l'oubli. Ils ont réussi à moderniser la saga en évitant de faire du Uncharted (que je n'aime pas) même s'il y a de clairs inspirations (les passages dit WTF !). Mais on retrouve toujours l'exploration, l'aventure et notre bonne vieille Lara (qui monte en puissance). Un jeu à faire lentement et à faire à 100% pour être apprécié. Sinon vous passez juste à côté du jeu. Non vraiment, à part Last of Us, je vois pas comment le Goty peux lui échapper (et ne me parlez pas de GTA svp).
                Le multi par contre : anecdotique et mal fichu.
                Mon Blog Special LUPIN III :
                http://lupiniii.over-blog.com/
                Mon blog perso :
                http://indianagilles.over-blog.com/
                Ainsi que mes adaptations de Monkey Island, Indy Fate of atlantis, Loom et KGB en romans :
                http://livres.abandonware-france.org/

                Commentaire


                • C'est clair que ce Tomb Raider est un excellent reboot. Mais bon, il est loin d'être exempt de défauts.
                  Puisque les points positifs du jeu ont été énoncé plus haut et que je n'ai rien à y redire, je vais m'attarder ici sur ce qui m'a le plus dérangé. Mais avant d'aller plus loin, sachez que j'ai quand même passé 21h dessus et ai pris la peine de le finir à 100%, donc malgré les critiques qui vont suivre, je me joint aux autres pour vous le conseiller vivement.

                  Donc pour commencer, ce qui m'a le plus dérangé c'est le doublage de Lara en français. Certes, la nouvelle actrice qui prête sa voix à Lara est très mignone, mais qu'est-ce que son jeu d'acteur m'a saoulé pendant toute l'aventure !
                  A mon gout elle ne transmet aucune émotion, que ce soit sur des moment heureux, stressant, horrible, douloureux, etc, elle utilise toujours le même ton. Au début ça me faisait sourire, sur la fin, j'avais vraiment envie de foutre le jeu en sourdine et de ne jouer qu'à l'aide des sous-titres.
                  Attention, je me base par rapport à ce qui se fait actuellement et non par rapport aux ancien doublage des premiers Tomb Raider (que je vous conseille de retoucher pour rigoler un bon coup ^^).

                  Après, niveau gameplay, le jeu est beaucoup trop simple même en difficile. Cela s'explique en parti avec la disparition de la barre de vie, Lara prend une grande inspiration d'air frai, et hop tout va mieux. C'est pourtant dommage, avec l'apparition de la chasse, ça aurait pu donner une bonne occasion d'appuyer sur le côté survie. Mais là non, tout ça devient très anecdotique.
                  Et puis en effet il y a plusieurs armes customisable, mais franchement j'ai fais tout le jeu à l'arc et ce n'est qu'une foi fini que j'ai vraiment utilisé les autres armes lorsque je fouillais les niveaux à la recherches des quelques défis que j'avais laissé en suspend. Et comme c'est la mode dans les jeux du moment, je confirme que l'arc est bien l'arme ultime.
                  Pour ce qui est de l'IA des ennemis, ça vole pas haut et parfois on a le droit à des sursauts d'omniscience de l'espace quand le jeu a décrété que non, tuer 2 à 3 ennemis discrètement ça va, mais plus pas question. Et là, même si on est dans une autre pièce, d'un seul coup tout le monde sait où vous vous trouvez et la fusillade commence ...

                  La physique du jeu est aussi très drôle, mais plutôt que de long discourt, voici un exemple tout ce qu'il y a de plus parlant :
                  ERROR: If you can see this, then YouTube is down or you don't have Flash installed.

                  Et avec la physique du jeu vient ce qui m'a le plus surpris dès les premières minutes : le air-control.
                  Pour ceux qui ne savent pas ce que c'est, le air-control est cette faculté de pouvoir influer sur votre direction lorsque votre personnage est dans les airs. Alors, même si c'est complétement illogique physiquement parlant, un peu de air-control sur de courtes distances c'est bien, trop de air-control c'est ... Perturbant. Et effet, lorsque Lara est dans les air (donc lors d'un saut ou d'une chute), sachez que vous avez le contrôle total de sa trajectoire, exactement comme si elle était au sol en train de marcher. Au début c'est perturbant, puis après quelques minutes ça devient rigolo et au bout d'une heure ça devient complétement cheaté. Très vite j'ai tourné ce air-control à mon avantage pour prendre de ****** de raccourcis lors de mes descentes. C'est super pratique, mais côté immersif on repassera ...

                  Voilà, je vais pas m'attarder sur le côté c'est moi qui fait tout alors que le reste de nos acolytes se grattent les *******s en attendant qu'on aille chercher tel ou tel trucs, c'est comme ça dans presque tout les jeux vidéos


                  Bon voilà, je viens de descendre un excellent jeu et m'attardant sur des détails, je suis fier de moi
                  Pour ne rien vous cacher, si je devais maintenant énoncer les raisons qui doivent vous pousser à jouer à ce Tomb Raider, il me faudrait écrire 3 fois plus de choses que ce qu'il y a plus haut.
                  Bien qu'imparfait, ce Tomb Raider est excellent et vous n'avez aucune raisons de passer à côté, surtout lorsqu'il aura baissé de prix.

                  Vu que je suis une feignasse et que j'ai la flemme de trier mes screenshots, vous pourrez les retrouver ici : http://steamcommunity.com/id/ubn22/screenshots/
                  (j'ai vérifié qu'aucun d'eux ne vous spoil )

                  Commentaire


                  • Envoyé par Indianagilles Voir le message
                    il fallait bien que la série évolue pour ne pas sombrer dans l'oubli.
                    Là, on est d'accord, la série était devenue marginale.


                    Envoyé par Indianagilles Voir le message
                    Ils ont réussi à moderniser la saga en évitant de faire du Uncharted (que je n'aime pas) même s'il y a de clairs inspirations (les passages dit WTF !).
                    Même sans y avoir joué, Uncharted est également la première référence qui m'est venue à l'esprit (le côté action cinématographique, sans doute).

                    Envoyé par Indianagilles Voir le message
                    Mais on retrouve toujours l'exploration, l'aventure et notre bonne vieille Lara (qui monte en puissance).
                    L'exploration de couloirs, ça lasse vite... Surtout quand le jeu a tendance à te dire "avance, dépêche toi, va sauver bidule ou chercher tel truc !". D'ailleurs, par moments, on a presque la sensation que le jeu veut se jouer tout seul, au détriment des envies du joueur. Le comble.
                    Lara est définitivement le point fort du jeu, ça, j'ai pas arrêté de le dire

                    Envoyé par Indianagilles Voir le message
                    Un jeu à faire lentement et à faire à 100% pour être apprécié. Sinon vous passez juste à côté du jeu.
                    Alors là, tout sauf d'accord. Le "100%" pour le jeu, ça consiste à :
                    - Trouver tous les manuscrits dans les zones. Technique éculée mais toujours cool qui permet d'appronfondir un poil le scénar', pourquoi pas.
                    - Trouver des artefacts anciens. Là, super cool. C'est le moment où Lara sort enfin un peu de son cadre terrorisée/survie pour que sa passion reprenne enfin le dessus.
                    - Trouver des points GPS qui sont tout petits et clignotent. C'est super fun !...
                    - Compéter des challenges plus ou moins débiles. Lara qui doit retrouver tous les champignons de la forêt, c'est pas franchement exaltant non plus.

                    A côté de ça, ça veut aussi dire participer au système de niveaux qui est complètement inutile, ou à l'amélioration des armes qui est là encore classique mais beaucoup mieux intégré.
                    Bref, on se retrouve avec du bon et du moins bon, voire même du fastidieux.

                    Envoyé par Indianagilles Voir le message
                    Non vraiment, à part Last of Us, je vois pas comment le Goty peux lui échapper (et ne me parlez pas de GTA svp).
                    C'est pas vraiment le critère qui m'intéresse. TR pourra avoir le goty ou y prétendre, ça n'empêchera pas qu'ils se sont contentés de faire ce qui est en vogue (de façon super efficace hein, le jeu est plaisant et divertissant) plutôt que d'avoir réellement pris l'opportunité du reboot pour explorer des nouveaux horizons. Et à avoir pris vraiment tout ce qui marche dans le jeu moderne (faut-il que je refasse la liste ?), je trouve qu'ils ont parfois fait un truc indigeste.

                    Commentaire


                    • Dark Souls : Prepare to Die (PC)

                      Dark Souls est sorti depuis un petit moment déjà, mais je n'avais jamais trouvé le temps de m'y mettre, puis un pote m'a un peu forcé la main par sa générosité, ce qui dans un premier temps à fait que je l'ai remercié, puis insulté après m'être plongé dans l'aventure. Et maintenant que je l'ai fini fini, j'hésite encore à accompagner mes remerciements à sont égard avec une ou deux insultes

                      Dark souls est un jeu que vous allez adorer détester. Il a la réputation d'être un jeu difficile mais pas impossible si on persévère, avec du recul je dirais qu'il n'est pas si compliqué que ça, il vous demande juste une adaptation constante, mais une foi qu'on a compris, c'est un jeu qu'il est possible de rusher.
                      Mais avant d'en arriver là, il y a de fortes chances que vous passiez par tout les stades de l'énervement. Du moins, ça a été mon cas dès les premières minutes et à quelques autres endroits dans l'aventure. Mais j'y reviendrai plus tard.

                      L'histoire de Darks Souls est un peu mise en retrait, celle-ci est surtout conté via son univers, très séduisant à regarder, plaisant à observer et détestable à découvrir !
                      Détestable à découvrir car on est toujours sur le qui-vive prêt à en découdre avec le moindre ennemis, et ça ne nous empêche pas de se prendre assez souvent de sacrés bananes. Mais une foi qu'on sait ce qui nous attend, traverser ces passages devient plus facile et on se prend a admirer ce qui nous entour "Pousse-toi de là, tu me gâches le paysage !"
                      Donc le speech est très simple en soit, mais compliquer à comprendre, je vais essayer de vous faire un résumer rapide de ce que j'ai pu en tirer. Le Monde commença avec l'ère des Dragons qui régnèrent sans partage sur Terre pendant des siècles. Puis il y eu l'âge du feu, âge pendant lequel apparu de nouveaux êtres que l'on peu plus ou moins considérer comme des Dieux, qui rentrèrent en guerre contre les dragons pour assoir leur supériorité. Puis petit à petit, c'est le déclin de cet âge et c'est dans cette période charnière que le jeu commence.
                      Une étrange malédiction apparut chez certains Hommes fait que la mort n'est pas une finalité, ceux-ci reviennent d'entre les mort sous forme de mort-vivant puis sombres peu à peu dans un état appelé carcasse où ils n'ont plus toute leur tête. Et vous êtes l'un de ces morts-vivants, mais étrangement, contrairement à vos semblables, vous ne semblez pas perdre vos facultés. Vous décidez donc de fuir le sanctuaire des morts-vivants où vous avez été emprisonné pour partir en quêtes de réponses.
                      Au cours de votre aventure, vous rencontrerez différents protagonistes qui vous demanderont de l'aide ou vous proposeront la leur. Et vu que vous ne saurez pas toujours au fait de leurs motivations, rappelez-vous que Sometimes, the cake is a lie ...


                      Pour ce qui est de l'air de jeu, vous êtes dans un monde semi-ouvert qui vous impressionnera par son immense petitesse.
                      Semi-ouvert car s'il est vrai que dès le début du jeu vous avez accès à plusieurs "zones", dans les faits vous vous rendrez très vite compte que finalement votre niveau ne vous permet que peu de choix. Mais ça vous ne l'apprendrez qu'après avoir été la victime d'un viol, collectif ou non, en vous étant aventurer là où vous n'auriez pas du.
                      Immense petitesse car si vos explorations dans de nouvelles zones commenceront toujours par un très long parcours semez d'obstacle, vous aurez la possibilité de débloquer dans celle-ci de petit raccourcis bien pratiques qui vous permettrons de traverser la totalité de la carte bien plus rapidement et surtout, bien plus en sécurité. Mais encore faut-il aller déverrouiller ces raccourcis ^^
                      Autre point très intéressant, si toutes ces zones ont une ambiance qui leur est propre, celles-ci sont parfaitement agencées les une aux autres pour qu'on est un sensation de cohérence.

                      Mais venons-en vraiment à ce qui fait la force de ce jeu : sa difficultés.
                      Celle-ci dépend certes de plusieurs facteurs, mais deux sortent particulièrement du lot et vont vous pourrir la vie du début à la fin.

                      Sur le screenshot ci-dessus, vous pouvez voir une barre verte en haut à gauche qui indique votre endurance/souffle et un chiffre en bas à droite qui indique le nombre d'âmes que vous possédez.
                      Maintenant collez-vous en tête que presque toute vos actions vont entamer votre barre verte qui ne se recherche pas immédiatement et pas instantanément non plus. Courir entame votre souffle, frapper entame votre souffle, esquiver entame votre souffle, contrer un coup entame votre souffle et si vous n'avez plus de souffle, vous ne pouvez plus faire les actions précitées. Maintenant, sachant qu'il est très rare que vous restiez immobile contre un boss et qu'il y a de forte chances que vous utilisiez tout ce panel d'action dans un temps très court, je vous laisse imaginer ce qui peut très souvent vous arriver.
                      Pour ce qui est des âmes, il s'agit de la monnaie du jeu et il vous faudra presque TOUT acheter. Et quand je dis tout, je pense surtout à vos stats qui vous permettent de level up. Donc à ça ajouter une augmentation habituel des prix plus vous avancez dans l'aventure et surtout, le petit plus : si vous mourrez, vous réapparaitrez sans vos âmes qui seront resté sur votre cadavre. Il vous faudra donc aller le rechercher, mais attention ! Si vous mourrez avant de l'avoir récupérer, vous pourrez leur dire adieu.
                      Je pourrait aussi vous parler de l'obligation d'être immobile pour vous soigner et le fait que ça prenne 2 bonnes secondes, mais au final ça m'a beaucoup moins fait criser que les deux éléments expliquer au-dessus.


                      Avec un certain recul, j'ai adoré Dark Souls.
                      Mais sur le coup, certaines de mes sessions me faisaient parcourir l'ensemble du panel de la rage. Souvent ça commence avec des "Mais genre !", suivit de beaucoup de mauvaises, puis de fortes monté de voix agrémenté d'insulte en tout genre et finalement d'un mutisme accompagné d'une respiration forte et l'envie de balancer son PC par la fenêtre. Et la victoire se fêtait avec un beau bras d'honneur envoyé à l'écran, une pause clope et un sentiment de plaisir. C'est super con je vous l'accorde, mais quand on est dedans, on est dedans quoi ...
                      Ces passages extrêmes on été assez rare : une foi au milieu de l'aventure, une foi pas trop loin de la fin ... Et surtout, histoire de vous mettre directement dans le bain, le premier était après 15min de jeu sur le tout premier boss (Putaìn ! J'ai été bloqué pendant 2h par cet enfoiré de premier boss. Vous le croyez ça ?!).
                      Le jeu a aussi une difficulté progressive bien dosé (quand on se trompe pas de chemin). On en chie tellement tout au long de l'aventure qu'on s'en rend pas compte et je ne m'en suis aperçut qu'en recommençant un nouveau personnage et en éclatant les 3 premiers boss en un peu moins d'1h sans me presser.
                      C'est une jeu que je vous conseille grandement.

                      Commentaire


                      • The Nomad Soul (Eidos – 1999)

                        Je viens de terminer The Nomad Soul, et je dois dire que c’est vraiment une expérience qu’elle aurait été dommage de passer à coté. Si je l’avais possédé à l’époque, j’en serai assurément un de ses plus grands fans. Il possède les critères qui me rassasient en général : RPG dans un monde immense et varié, une histoire originale, et une durée de vie honnête avec différentes manières d’avancer (non-linéarité), ce qui rallonge encore cette durée de vie si on veut creuser les méandres de l’histoire.

                        Le pitch en 2 lignes : Vous, oui vous, le joueur de jeu vidéo, ayant lancé sans savoir le jeu d’Omikron, êtes tombé dans un piège. Votre âme risque réellement (si si) d’être à jamais damnée dans cette univers.
                        Vous rentrer dans la peau d’un flic amnésique qui enquêtait sur des meurtres atroces, commis par ce qui semble être des démons. Difficile à croire pour votre entourage et votre hiérarchie. Vous êtes seul dans votre quête. Au fur et à mesure du jeu, vous pourrez changer de corps puisque vous êtes une "Ame nomade". Vous découvrirez un univers futuriste, commandé par un dictateur interdisant la culture. Vous rencontrerez des activistes opposés au régime, pour finalement faire valoir la liberté et le respect des cultes. Ouais.

                        Graphiquement, TNS est encore assez polygonal, mais vu la taille de l’univers, les détails paraissent assez époustouflant pour l’époque, 1999. Au niveau du gameplay, les développeurs ont tenté un truc un peu unique : Non content d’être un RPG en 3D, probablement un des meilleurs à sa sortie, TNS possède l’intégration de phases de FPS, et de phases de jeu de baston 3D (à la Tekken). C’est assez éparse comme idée, on ne peut pas dire que ces petits plus soient des réussites de gameplay, mais c’est une des nombreuses idées innovantes de ce jeu.

                        Mais encore. Les quartiers sont très différents, c’est dépaysant. Le quartier Jaunpur, au style méditerranéen, est un vrai dédale. Son ambiance est une réussite totale.
                        Les énigmes sont comme j’aime. Pas trop compliquées au début, le jeu se prend tout seul, et puis il faut prendre un papier et un crayon, et à la fin tu passes une heure à essayer de comprendre ces foutus signes, et traverser 100 fois le monde gigantesque en oubliant ce que tu cherchais… Pour revenir là ou t’étais… Normal quoi.
                        Les concerts clandestins de Bowie, c’est une super idée.


                        Je passe aux Points négatifs, car je suis un critique vachard et bégueule :
                        - C’est systématique dans les jeux que j’aime assez : J’en veux toujours plus. Je trouve que ce monde n’est pas assez exploité, avec son faible nombre de quêtes annexes. Au final, il existe des dizaines et des dizaines de bâtiments dans lesquels il n’y a aucune raison de rentrer. La palme revient au quartier Qalisar, où le jeu t’envoie faire un tour au début, et après plus rien… Tous ses bars à p*, flûte quoi !
                        - Le coté Nomad Soul, avec une trentaine de personnages incarnables. Finalement cette facette du jeu est vachement secondaire. C’est simplement ce qui manquait à ce jeu. Accorder une quête à chaque personnage aurait été drôlement plus valable, c’est quand même dommage. On peut simplement visiter les apparts grâce aux clés que chaque personnage possède, c’est tristoune.
                        - Le scénario s’essouffle d’un coup en arrivant à Laboreh. On te donne une grosse énigme coupée en 3 parties bien foutues (plutôt dures), et puis voilà c’est le couloir final… J’ai trouvé cette partie hardue, un peu seul au monde lâché par ton groupe, sans comprendre le sens de ces énigmes… Et avec les parties en FPS, on a parfois l'impression que le jeu part dans tous les sens...


                        Voilà, 3 points négatifs, c’est franchement une réussite. Je vais le recommencer, je me demande bien comment se déroule le jeu si j’inculpe Jenna au début.

                        Ma note : 17/20.
                        Dernière modification par Madyoyo, 17 April 2013, 08h44.
                        "Born to Be Wild"
                        Good Music Downside
                        Spoiler Alert !

                        Commentaire


                        • D'accord avec toi, Madyoyo. J'avais joué à ce jeu à sa sortie. Ce qu im'avait frustré, c'est que je m'étais attaché au personnage de départ, et que j'avais du mal à accepter d'incarner un autre personnage en cours de route...C'est cette raison-là qui m'a poussé à préférer les jeux d'aventure aux rpg...Mais j'y rejouerais avec nostalgie si je remettais la main dessus. Quand je repense à ce jeu, j'en ai la chair de poule: l'ambiance, la phase d'exploration, les combats ( avec si je me souviens bien ces combattants à dégommer dans un quartier haute sécurité...). Merci de ton game over, tu m'as donné envie d'y rejouer!

                          Commentaire


                          • J'ai lâché le jeu à l'époque à cause d'une phases FPS. Un démon dans une caverne si mes souvenirs sont bon. Le machin tirait à travers les murs et j'y passais à chaque fois. Et pourtant j'ai souvenir d'un grand jeu! Je l'avais acheté le jour de sa sortie. J'ai encore le souvenir d'être devant le magasin avant l'ouverture.
                            POUR LES CHANGEMENTS DE CD DANS UN JEU EN INSTALLATION FACILE (et pour Dosbox en général), IL FAUT FAIRE LA COMBINAISON DE TOUCHES CTRL F4.

                            NOTEZ QU'A CHAQUE DÉMARRAGE D'UN JEU INSTALLATION FACILE, UNE AIDE S'AFFICHE. MERCI DE LIRE AVANT D'APPUYER DIRECTEMENT SUR UNE TOUCHE POUR JOUER. CA PREND 5 SECONDES A LIRE ET CA ÉVITE DE CHERCHER UNE DEMIE JOURNÉE POUR TROUVER LA RÉPONSE.

                            Merci.

                            Commentaire


                            • Envoyé par Godcedric Voir le message
                              J'ai lâché le jeu à l'époque à cause d'une phases FPS. Un démon dans une caverne si mes souvenirs sont bon. Le machin tirait à travers les murs et j'y passais à chaque fois.
                              Oui, Astaroth, le boss de fin est une vraie plaie à tuer... Il demande beaucoup de maniabilité, et ce n'est vraiment pas le point fort du jeu...
                              En reprenant depuis le début (histoire de découvrir les recoins, de visiter tous les apparts possibles en jouant à 100% la carte de l"Ame Nomade"), je réalise un autre point négatif:
                              - J'avais déjà précisé que le jeu manquait de jouabilité dans les 3 modes (FPS et Fight et Aventure/RPG), mais la partie RPG possède aussi une tare. En effet, il ne sert à rien de faire évoluer un personnage en lui achetant plein de potion de mana et autres, étant donné que l'on saute de corps en corps, et que l'on perd toutes les caractéristiques "boostées" (et aussi tout l'argent...). D'autant plus que l'on est obligé d'incarner le dernier personnage rencontré juste avant Astaroth (du coup je prévois d'arriver là bas avec la dose de booster !^^).
                              Mais je suppose qu'en mode difficile, il devient intéressant de booster chaque perso intégré, sinon c'est la mort assurée. Et comme l'argent en poche est perdu, on peut se lâcher sans économiser, et retourner dans l’Arène clandestine de Qalisar pour se refaire si besoin.
                              Ce n'est donc pas un point si négatif, c'est surtout un fonctionnement original.
                              Dernière modification par Madyoyo, 19 April 2013, 17h01.
                              "Born to Be Wild"
                              Good Music Downside
                              Spoiler Alert !

                              Commentaire


                              • il était vraiment excellent nomad soul
                                pis le coup d'avoir fait participer bowie , c'est un coup de maitre de cage
                                la chanson d'intro, elle défonce tout quoi

                                sinon personne pour bioshock infinite bon je m'y colle ca sera pas long
                                j'aime pas les fps saut jedi outcast et Bioshock
                                je l'ai pris sur 360 car faut pas déconner je suis un vrai
                                ben c'est un bon jeu mais il m'a pas mis la claque ultime du 1er bioshock
                                le design architectural est grandiose et le scénario est bien mais j'ai trouvé qu'il y avait un gros manque de liberté comparé a rapture. le jeu est assez court mais cela reste de la grosse bonne production, les doublages sont excellents et le personnages d'elisabeth plaira a coup sur a tout les fans de manga et djap anim^^
                                bon il reste excellent il y a un truc qu'il L'a pas fait et je l'ai laché pendant 1 semaine pour un autre jeu

                                et cet autre jeu c'est
                                Baldurs gate enhanced edition: il avait l'air sympa ce ptit jeu
                                j'ai pas trop compris les critiques sur cette nouvelle édition ; pour un mec qui capte rien au modage et qu'a pas envie de se faire chier comme moi, c'est l'edition ultime d'un des plus grands jeux de role
                                il y a une fonction de zoom des nouveaux persos des nouvelle quete bref que du bonheur.
                                le seul défaut et énorme c'est l'absence des voix françaises mais pas de probleme on peut les télécharger, c'est tout simple(j'y suis arrivé) et la c'est le bonheur total
                                xar et montaron je les kiffe c'est un truc de ouf
                                pis honnetement la liberté d'action et d'exploration de ce 1er baldur (ce qui fait grandement defaut au 2ème) c'est un truc de ouf. ce balader dans des map avec tout les persos qui gueule c'est quand meme l'extase

                                je me suis fait quand meme drizzt pour le plaisir avec un nouvel objet totalement cheaté( une masse qu'a 20 pourcent de chance d'immobilser) plus besoin d'avoir les bottes de rapidité ou de faire le gros fourbe en invocation de monstre

                                bref baldurs c'est le jeu de role ultime avec un humour et des voix française inégalées
                                As children learn about the world, we built that wall of sand
                                Along the beach we laboured hard with our bare hands
                                We worked until the sun went down beneath the waves
                                And the tide came rolling splashing in, washed the wall away
                                How do we tell the people in the white coats
                                Enough is enough is enough is enough

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X